Des escargots, des grenouilles… Mais de quoi elle parle ?

La famille escargot, ça parle d’une femme qui décide que STOP. Cette vie ne lui convient plus. Elle veut aller se promener, longtemps, nulle part et partout, avec son amours et ses petits. L’idée du camping car s’impose d’elle même.

Du coup, le lien avec l’escargot vous le voyez ? Et puis, c’est cool un escargot.

Je vois bien que vous avez compris, mais je devine la question suivante. Et les grenouilles dans tout ça ?

Vous connaissez cette histoire, de la grenouille dans sa casserole qui ne sens pas que l’eau se réchauffe progressivement ? Au moment ou elle réagit, elle est cuite.

Voila pourquoi la grenouille. Ma vie c’est la casserole. Et il faut que j’y échappe avant qu’il soit trop tard.

Et comme je me sens concernée par l’état du monde, le projet va s’accompagner d’une réflexion sur le minimalisme, la société de consommation, le 0 déchets, le végétarisme… Un ensemble de causes qui me tiennent à coeur.

Alexas_Fotos

La grenouille qui voulait devenir un escargot

Alexas_Photos

C’est l’histoire d’une grenouille. Elle avait tout pour elle cette grenouille. Un travail, des enfants, un amour, une maison. Tout cela dans un joli étang. Ça se voyait que l’étang était artificiel. Il y avait deçà delà des vrais végétaux, et quelques vrais animaux, mais tout le reste était artificiel, superficiel. C’était quand même plutôt confortable. Grenouille n’avait pas beaucoup d’amies, 1 en fait. Néanmoins, la vie de Grenouille était bien remplie. Mais de temps en temps, elle s’arrêtait quelques instants pour contempler la « nature » autour d’elle. Le ciel, les arbres….

Elle avait vraiment tout pour elle, comme je le disais, pourtant, elle n’était jamais contente. Une éternelle insatisfaite. Il y a de temps en temps des grenouilles qui ont l’air bien « intégrées », mais qui trouvent toujours des raisons de se plaindre.

Elle avait l’impression que la nation Grenouille au sein de laquelle elle évoluait était en pleine perdition. Elle voyait autour d’elle certaines choses qui la dérangeaient. Il y en avait beaucoup, donc on va éviter d’en faire la liste. Disons pour faire simple qu’elle ressentait un mal-être global sans réussir à isoler une cause.

Grenouille avait soif de savoirs, elle connaissait beaucoup de choses sur bien des sujets. Elle avait l’habitude de dire qu’elle avait le cerveau plein de connaissances inutiles. Sa mémoire lui faisait parfois quelques blagues en oubliant une partie des infos. Mais dans l’ensemble, elle était capable de briller en société. Malgré tout, le malaise qu’elle ressentait allait grandissant. Elle essayait d’alerter ses congénères sur les sujets qui lui tenaient à cœur comme la nourriture, la société de consommation, les déchets et le réchauffement climatique. Personne ne prêtait vraiment attention à ses discours. Grenouille avait l’impression de tourner en rond, de courir en vain, comme un rat dans sa cage, tu cours toute la journée, et le soir, tu es au même endroit, au même stade, sauf qu’en prime t’es crevé. Et sans arrêt elle cherchait une porte de sortie, mais tout comme dans une cage, il n’y en avait pas.

Un jour alors que son esprit vagabondait, à élaborer un plan d’action, qui se finissait dans un autre étang, mais super loin celui-là, son regard s’arrêta sur une coquille. Un truc, en forme de chocolat praliné. Il y avait eu quelques gouttes de pluie dans l’après-midi. Grenouille vit que la coquille n’était pas vide. En dessous, ou dedans, elle ne saurait trop dire exactement il y avait un être vivant. Il se déplaçait (fort lentement) en tout cas.

Comme grenouille était une bête curieuse et intelligente, elle choisi de demander :

  • Qui es-tu toi ?
  • Bonjour d’abord non ?
  • Oups pardon, bonjour, je m’appelle Grenouille, et toi c’est comment ?
  • Bonjour, moi c’est Escargot.

A cet instant, la grenouille se trouva sotte, bien-sûr un escargot ! Du coup, elle se rappelai de tout ce qu’elle savait sur les escargots, un tas d’informations probablement très intéressantes mais la seule qui resta plus de 3 secondes dans son esprit était cette maison, sur son dos. Sa curiosité ne lui laissa que peu de temps, déjà elle demandait à Escargot :

  • Tu vis vraiment là-dedans ?
  • Euh, c’est de ma coquille dont tu parles la ?
  • Oui…
  • Oui, ceci est mon humble demeure et j’en suis très fier.
  • Waouh…
  • T’imagines pas la liberté que ça représente !
  • Bien au contraire, sois en sur…
  • Mais comment peux tu avoir tout ce dont tu as besoin là-dedans, c’est si petit ?
  • On n’a pas besoin de grand-chose quand on y pense.
  • Mmm… Mais et tes enfants ?
  • Ils ont leur coquille aussi.
  • Anw…

Grenouille médite ces paroles quelques minutes. Puis :

  • C’est la première fois que je te vois près de notre étang, tu es là depuis longtemps ?
  • En fait je ne fais que passer, j’ai plein d’autre étangs à aller voir… des étangs, des rivières, des lacs etc…
  • J’ai lu quelque chose sur ces endroits… ça a l’air tellement beau, tellement ailleurs, tellement autre chose, tu vois quoi !
  • Oui je vois, en fait, tu devrais t’éloigner un peu de ton étang de temps en temps.
  • Bof, c’est impossible, c’est pas pour moi. Je suis une grenouille…
  • Ah, tu penses ? ok, tu dois mieux savoir que moi. Tu m’excuses Grenouille mais je dois continuer ma route, la pluie a cessé, si le sol sèche je ne pourrais pas rejoindre ma famille.
  • Je comprends. On se reverra ? j’ai apprécié discuter avec toi.
  • Oui peut-être, si je reviens, ou si tu pars, on pourrait se croiser.
  • Bonne route Escargot.

Grenouille reste là, et regarde Escargot s’éloigner. Pas jusqu’à la fin, faut-il le rappeler, un escargot est très lent. Et le soleil commençait à décliner. De retour à la maison, elle s’affaire, comme à son habitude, jusqu’à ce que Tic, Tac et Toc, ses bébés grenouilles soient couchés. Et elle repense à sa conversation, toute la soirée, puis toute la nuit.

Le lendemain, elle décide d’en parler avec son Amour. Pour voir ce qu’elle en pense. Son Amour émet quelques doutes. C’est normal, Amour est comme ça, elle pense aux problèmes avec plusieurs trains d’avance. Malgré ses craintes, légitimes pour une grenouille, la perspective de devenir un escargot l’emballe.

Et voilà, comment est né le projet Escargot. J’ai décidé de partir, avec ma maison sur le dos et ma famille dedans. Je ne sais pas combien de temps ce projet mettra à voir le jour. Mais comme Grenouille, je sens que l’eau chauffe sous nos fesses, et j’ai n’ai pas l’intention d’être encore la quand ça va bouillir, et qu’il sera trop tard.