Klo la grenouille.

Moi, c’est Klo.

Depuis toujours je sens qu’il y a quelque chose qui cloche dans nos vies. Les personnes de ma génération avec lesquelles j’interagis montrent clairement une démotivation globale par rapport au modèle de société bâtie par nos grands-parents, et dans laquelle ont grandi nos parents.

Aujourd’hui, chaque fibre de mon corps rejette cette façon de vivre. Je n’en peux plus. Je me sens prise au piège dans un système où je dois travailler, consommer, et mourir pour laisser la place à mes enfants pour qu’ils suivent la même route que moi. Et je le refuse.

Chaque matin coincée dans les transports en commun à la merci de la SNCF qui connait chaque jour un dysfonctionnement différent, je rejette ce modèle. Chaque jour, je suis confrontée aux incivilités, les gens en ont marre, les gens ne supportent plus cette vie, ils deviennent asociaux. Quand je les regarde, j’ai l’impression que tout le monde est fou, que tous ont baissé les bras parce que « c’est comme ça la vie». Je vois un troupeau de moutons, biens docilisés. Sauf que les moutons, quand on les amène à l’abattoir, ils tentent de s’échapper, nous, on continue encore et encore… Pour fuir cette réalité trop oppressante, les gens se réfugient dans leurs téléphones.

Ils montrent comme ça l’exemple à la génération suivante, génération sacrifiée, élevée comme les poulets de batterie, pour être productifs, et malades. Pour devenir un rouage bien huilé de cette société moribonde dans laquelle nous sommes enfermés.

Les politiques, qui nous dirigent, se servent de notre servilité pour servir leur propres intérêts, j’ai utilisé le mot servir plusieurs fois exprès, pour insister sur le terme. Ils ne vivent pas dans le même monde que nous et ne comprennent pas quand on leur dit qu’on n’en peut plus.

Les journalistes osent nous dire qu’on va bien parce qu’on consomme plus que le mois précédent, comme si le bien être de quelqu’un pouvait être mesuré en euros dépensés. On nous prend pour du bétail, nous sommes tellement habitués à suivre le programme qu’on se laisse faire docilement. Quand j’évoque mon envie de changement, on me répond que j’ai tout pour être heureuse, on ne comprend pas pourquoi cette vie m’oppresse. Et moi je ne comprends pas comment les gens peuvent accepter de subir ça.

Je veux vivre autrement, je veux inculquer d’autres valeurs que celle de la consommation à outrance à mes enfants. Je veux que mes enfants deviennent des gens biens, je veux que mes enfants aient du respect pour leur prochain, je veux qu’ils aient du respect pour le monde qui nous entoure, je veux qu’ils respectent la vie et qu’ils la protègent. Mais aujourd’hui est-ce vraiment possible ? Est-ce que notre société peut vraiment permettre tout ça ? Je ne crois pas. d’ailleurs, cette façon de voir les choses dérange. Le système tel qu’il existe ne permet pas de suivre une autre voie. On peut toujours essayer mais c’est difficile voir impossible. Mais en fait, est-ce vraiment si difficile ? Où est-ce c’est ce qu’on veut nous faire croire ? Si je décide de partir avec mes enfants, de vivre en marge de la société, est-ce qu’on va tous mourir de faim dans l’extrême pauvreté que tous redoutent quand j’en parle ? Je suis convaincue que non, je suis convaincue que je ne suis pas seule, je suis convaincue que je peux faire évoluer quelques consciences, peut être pas énormément, mais suffisamment pour être une partie de l’impulsion du changement de monde. Je vais partir, je vais laisser cette vie « bien tranquille » derrière moi, je vais changer mon monde.

Je suis une fonctionnaire, j’ai un salaire moyen, je suis endettée pour les 10 prochaines années, je suis divorcée, mère de 3 enfants, si je veux, je peux rester ou je suis et endurer ma routine train boulot dodo encore 30 ans, si je veux je peux sagement attendre ma retraite et laisser mes enfants grandir sans moi, puisque je suis coincée dans les transports. Je peux faire ça, et attendre qu’ils soient grands pour faire autre chose, ou pas, puisqu’il sera trop tard parce que je serais trop vieille…

Ben non, je refuse, c’est mort, je me rebelle. Je ne veux plus de ce monde, je ne veux plus de cette vie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s