La rentrée…

Lundi c’est la rentrée, et ce n’est pas pour profiter de l’actualité la vie que je décide de rédiger cet article aujourd’hui. C’est simplement et très égoïstement que c’est un événement qui occupe mon esprit.

C’est la rentrée pour mes enfants, qui vont se retrouver une nouvelle fois embringués dans une routine imposée par le ministère de l’éducation. Une sorte de jungle dans laquelle ils doivent réussir à s’épanouir malgré la pression qui leur ai mise, que ce soit par les autres élèves où par les enseignants. Eux-mêmes soumis à un cadre extrêmement fixe, rigide et inflexible. On leur demande de faire entrer les enfants dans un moule, le même pour tout le monde. Il faut que les enfants apprennent à faire comme on leur dit. Qu’ils aient envie ou besoin de s’exprimer d’une autre façon importe peu. Fais ce qu’on te dit ! De cette façon, on les prépare à la vie active où ils devront faire ce qu’on leur dit, au travail comme dans tous les aspects de leur vie. Alors, ils trouveront une place vacante dans notre merveilleuse société.

Pixel2013

J’ai une très mauvaise opinion de l’éducation nationale et de l’école du coup. Les échos d’enseignants de mon entourage me laissent vraiment perplexe. Bon nombre d’entre eux ont vu leur vocation sapée par la hiérarchie. Si j’ai réussi à m’en tirer à plus ou moins bon compte, j’ai vu les dégâts sur mon frère et sur ma sœur, malheureusement un peu moins dociles que moi. Ma fille aînée s’en tire bien aussi. Parce qu’elle est capable de prendre sur elle et de garder ses états d’âmes (enfin… la plupart du temps et jusqu’à maintenant, elle entre en seconde et a de plus en plus de mal à rester à sa place…). Mais j’avoue me faire du souci pour mes deux petits, qui ne rentrent visiblement pas dans le moule qu’on leur a préparé et dans des moules différents en prime. A croire que chaque enfant est différent ???

Donc, je me prépare psychologiquement à revenir à cette routine bien huilée ou chaque jour passe à grande vitesse me laissant à peine le temps de voir tout ce temps qui passe. Vous l’aurez peut-être deviné, ce sera la rentrée pour moi aussi. J’ai eu quelques jours de vacances, trop peu comme toujours. Après, c’était un choix. Mon mois de juillet a été bien plus difficile et bien moins reposant que prévu. Et le mois d’août a filé en une semaine. Je profite de ces derniers jours donc, mais je garde en tête cette date fatidique du 2 septembre où tout recommencera.

Geralt

Je vais retourner à mon poste et recommencer à faire ce que l’on attend de moi. Mon rêve est de claquer la porte et de partir sans me retourner. Le projet escargot vient de là. Sauf que je reste malgré tout une personne raisonnable (enfin presque…). Je dois bien me rendre à l’évidence, ce ne serait probablement pas une bonne idée de faire ça en ayant autant d’enfants à charge. Quelle idée d’en avoir fait autant moi aussi ! Alors, pour éviter la dépression post rentrée, je me suis attelée depuis quelques temps à trouver mon « POURQUOI » ?

Il paraît évident, et si vous me lisez de temps en temps vous aurez surement remarqué ce détail, que mon travail ne m’apporte pas la satisfaction personnelle dont j’ai besoin. Je ne cracherais pas sur la main qui nous nourrit, les enfants et moi, même s’il est vrai que je lui ai fait la gueule tout l’été. Pour patienter, avant de pouvoir tourner les talons et voler vers un avenir radieux, je pense sérieusement à une reconversion professionnelle. Il est prématuré d’en dire plus pour l’instant. Je ne suis pas superstitieuse (même si je ne passe jamais sous une échelle, on ne sait jamais…) mais bon, je ne voudrais pas me porter la poisse.

En attendant de pousser la porte d’un nouvel emploi pleinement épanouissant et grisant, excitant et passionnant, plein de surprises et de rebondissements, il faut que je trouve mon POURQUOI. Et là, je suis obligée de remercier mes descendants de me donner une première raison, tous les jours, toutes les quatre heures : l’éternel « maman, j’ai faim ». Et puis je vois le sourire enferré de Toc, ça me donne une deuxième raison, ensuite je croise le sourire de Tic, qui méritera, c’est sûr, l’enferrement à son tour, ça fait trois, et puis le regard de Tac, encerclé de jolies lunettes, ça fait quatre… début d’une longue liste de besoins régulièrement renouvelés.

Skeeze

C’est bien joli tout ça, quel altruisme que de passer autant de temps hors de chez moi pour les autres. On me dira que ce ne sont pas n’importe quels « autres », on parle quand même de ma progéniture ! Néanmoins, il s’agirait de ne pas m’oublier dans tout ça.

Alors j’ai décidé de me résigner, pour l’instant du moins. Mon travail est ce qu’il est et il paie les factures. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer ces 35 dernières années que tout le monde doit travailler. Sauf Paris Hilton et Jayden Smith. Mes parents ne sont ni des Hilton ne des Smith, ça, c’est dit ! Mis à part une poignée d’humains, les autres doivent bosser. Alors on va dire qu’à ce niveau-là, j’aurais pu tomber plus mal. Maintenant, le fait de ne pas trouver de sens à son travail, là, ça peut poser problème, notamment à quelqu’un comme moi, qui déteste faire des trucs sans but clairement défini. Il me faut un objectif, une lumière au bout du tunnel sinon, à quoi bon avancer ?

Ippicture

Alors voilà, je vais devoir changer de travail, faire un truc qui compte, un truc qui me motive. Et ce n’est pas l’argent. Même s’il en faut un peu quand même.

Lundi, je vais faire de mon mieux. Mais aussi et surtout, je vais préparer le changement. Ça prendra un peu de temps, évidemment, mais au moins, je commence à tourner la page. Et ça fait une grosse différence. Je vais faire en sorte de profiter de chaque étape même si j’ai du mal à voir plus loin que le bout de mon nez et que je ne sais pas trop à quoi m’attendre…

Alexas_Fotos

Et pour ce qui est du projet escargot, il va devoir attendre. Je ne vois pas bien comment mettre ça en place à l’heure actuelle. Mes deux petits sont à fond dans le truc, mais la grande pas vraiment… ce qui est compréhensible. D’ailleurs, je me sens très capable d’assurer l’éducation de deux enfants en primaire mais une seconde… Pas sûre.

Je n’ai certes confiance ni en le système éducatif ni en le système universitaire mais je ne peux pas prendre le risque de priver ma fille de ses chances. On pourrait me suggérer d’attendre qu’elle ait terminé le lycée, le problème c’est que les deux autres entreront au collège à peu près à ce moment là… Ça commence à se compliquer… Les risques, je peux les prendre pour moi, mais je refuse de les prendre pour eux.

Alors patience…

Papafox

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s