Klo, tes aisselles frisent : Parlons poils…

Nouveau, très en vogue en ce moment, le poil. Il se libère, il s’affiche, il se dresse, long, court, fin, épais, lisse ou frisé ! Le poil, magnifique toison chauffante pour les animaux, et splendide accessoire d’ornement chez les humains, il se fait de plus en plus visible. 

monsieur_raddar

Alors qu’il était tout naturel pour un homme de porter sa fourrure fièrement, il était aussi tout naturel pour une femme de chercher par tous les moyens de se l’ôter ! Sauf qu’un vent de libération féministe souffle sur notre société. Vous avez peut-être remarqué qu’il est de plus en plus difficile de museler les voix féminines. Elles se défendent, elles communiquent, les mentalités de ces dames évoluent et par la même occasion celles des hommes. Pour ces derniers c’est parfois un peu difficile, en effet, certains craignent leurs homologues féminines. On prend les féministes pour des folles, des extrémistes. Être féministe ça veut dire qu’on considère qu’une femme est l’égal de l’homme, point barre. Je mets tout en oeuvre pour faire de mes filles des féministes, mais également mon fils. Il est clair qu’hommes et femmes sont différents mais ça s’arrête là !  Ne venez pas me parler de sexe faible ! Alors soyez rassurés messieurs, je ne suis pas une de celles qui prônent l’émasculation systématique des garçons au berceau, avant de les offrir en sacrifice au nom de la supériorité féminine. 

Ces dernières années, culte du corps oblige, les hommes se mettent à leur tour à l’épilation. Un bodybuildeur avec des cheveux sur le torse ça ne fait pas rêver. Pas étonnant, donc, de voir de plus en plus d’hommes se préférer glabre. Sauf qu’eux, ils ont le choix. Ça ne choquera personne de voir un homme poilu comme un singe. Même si personnellement je trouve ça repoussant, je suis capable d’admettre que d’autres aiment. 

Alexas_Fotos

Encore une fois je ne puis me baser que sur mes propres observations en disant que je crois de plus en plus de femmes décident de porter leurs poils. Il suffit d’ouvrir légèrement les yeux. Avec cette période estivale que nous venons de traverser, les aisselles se sont montrées, et les poils ont pu prendre l’air.  

Comme beaucoup de jeunes filles de ma génération, j’ai commencé mon combat contre la pilosité vers l’adolescence, au collège, à la piscine ça le faisait moyen. Ça me ralentissait dans l’eau et il fallait cacher que la puberté s’était emparée de moi. La logique a voulu que tous y passent, ceux des jambes, du maillot et des aisselles. J’avais toujours vu ma mère le faire, normal que j’en fasse autant. D’ailleurs, un jour j’ai vu une femme avec des poils sous les bras. Je me souviens avoir été dégoûtée par cette vision. Pas question que je me retrouve “dans le même état”. 

A 12 ans, l’arme la plus répandue contre les poils, c’est le rasoir. Avec le rasoir à J.0, ta peau pique de partout, halte au parfum, crème hydratante ou autre déodorant. A J.1 tout est parfait, sauf la petite coupure que tu t’es faite en allant trop vite. A J.2 la repousse commence déjà à accrocher les draps. Et dès J.3, tu ressembles à un cactus, ou à la partie CRO du velcro… 

TiBine

Puis, fatiguée de se lacérer, on découvre la crème dépilatoire et son odeur si engageante. Pour les jambes ça passe encore, quand nos peaux sont belles et non pas abîmées. Pour les aisselles, c’est un poil acrobatique de garder les bras en l’air le temps de la pose. Pour le maillot, attention danger, on approche d’une zone critique et sensible ! Les produits chimiques par-là, c’est délicat. En plus, il faut trouver comment se débarrasser de nos déchets (la crème dépilatoire pleine de poils fondus), parce que je vous déconseille fortement de lâcher ça dans vos canalisations au risque de boucher le tout. Après la lacération, c’est la brûlure chimique qui vous guette, avec en plus l’effet cactus qui revient au galop. 

Enfin on découvre l’épilation à la cire. Alors j’en ai été adepte de nombreuses années. Encore aujourd’hui si je dois me débarrasser de toute pilosité, c’est la solution que je retiendrais. Mais là encore ce n’est pas une partie de plaisir, si vous avez eu l’occasion de vous arracher un petit pansement un jour, vous voyez de quoi je parle. Pour procéder, deux solutions : 

flaviasaad0
  • Soit, vous choisissez l’option esthéticienne, il vous en coûtera une petite cinquantaine d’euros (minimum) et ce, chaque mois. Et là miracle, vos poils honnis repoussent en mode duvet doux et soyeux. S’ils restent disgracieux à vos yeux ils ont au moins le mérite d’être agréables au toucher.  
  • Soit, vous optez pour le “fait maison” et la dose de danger qui va avec, car l’affaire est risquée. En effet, prenez garde à ne pas trop chauffer la cire, sous peine de brûlure. Autant ça peut vous faire gagner une épilation gratuite chez une pro, autant chez vous, ça n’aura que des inconvénients.  

Quand les poils sont ainsi éliminés, régulièrement et systématiquement, forcément votre peau en pâtit, c’est incontournable. Personnellement le rasage me provoque des démangeaisons à la repousse, c’est à dire à J.2, vous vous souvenez. La crème dépilatoire aussi, mais je ne peux plus accuser les feux du rasoir, simplement les feux de la chimie. Avec l’épilation, mon problème ce sont les poils incarnés. On les a arrachés à une profondeur telle que quand ils repoussent ils ne trouvent pas la sortie.  

Voilà le long processus qui m’amène aujourd’hui à me poser des questions une fois encore. C’est moi ou je me prends vraiment beaucoup la tête ? Nan, c’est juste que j’apprends chaque jour… 

Je trouve que les poils sont inesthétiques c’est certain. Alors pourquoi avoir choisi d’expérimenter le mode femelle yéti dans ce cas ? Simplement à cause des problèmes de peau cités plus haut. J’en profite, par la même occasion, pour me déprogrammer. Je me demande si je suis capable de les porter. C’est aussi un acte plus ou moins contestataire envers la “norme” préétablie. J’ai jeté un œil aux articles qui traitent de l’épilation, il s’avère que c’est surtout un critère de beauté, de position sociale etc… Mais ce n’est pas vraiment un aspect de la domination masculine, enfin d’après ce que j’ai compris… En effet, le culte du corps touche de plus en plus les hommes. Par contre, et ça m’est venu comme une révélation hier soir, à la différence des femmes, les hommes ont le choix ! Pour nous autres, il y a une vraie pression sociale sur la question. Je n’ai encore jamais eu de réflexion, mais j’ai surpris quelques regards sur mes dessous de bras et ça fait bizarre.  

rujhan_basir

Voilà pourquoi depuis quelques semaines je me balade avec mes poils, je me sens moins seule du coup ! Et puis, franchement que je décide de les garder ou pas, ça regarde qui en vrai ? Peut-être que d’ici peu je choisirai de les enlever, ou d’en faire des tresses. Ça ne dérange pas ma moitié, ça ne reflète pas une négligence quelconque, en effet, je me lave régulièrement, je ne sens même pas mauvais… Alors Est-ce que les poils gardent vraiment les odeurs comme je le pensais jusqu’à maintenant ? Je ne crois pas. Ou peut être juste mon odeur. Vous savez, celle qu’on essaie de masquer sous les parfums ?  

Je m’éloigne du sujet là…  

Messieurs et dames, mes aisselles frisent, oui oui j’ai vu, ce n’est pas une oubli, c’est fait exprès. Et depuis, plus de démangeaisons, plus de poils incarnés… Juste ma peau, juste moi. 

Klo_la_grenouille

NB : Dans cet article, je parle principalement des aisselles, mais je pense exactement la même chose pour tous les poils du corps. J’ai la chance de ne pas être trop velue, je n’ose imaginer à quel point ça doit être difficile de faire face au regard des autres quand on a quelque poils au menton ou de la moustache trop voyante. Celles qui choisissent de les arborer sont vraiment des guerrières à mes yeux. Une femme, poilue ou pas, reste un être humain à part entière et elle mérite d’être traitée comme tel. Nous somme libre de nous occuper de notre corps exactement comme on le souhaite. C’est d’ailleurs bien notre seule véritable liberté. Les goûts et les couleurs sont personnels, alors je demande à tous les haineux de les garder pour eux.

2 Replies to “Klo, tes aisselles frisent : Parlons poils…”

  1. Je suis d’accord avec toi … L’épilation est juste un dictat social … Ça prend tellement de temps, le nombre de fois ou je voudrais mettre une robe ou une jupe mais que je n’ai pas eu le temps de m’épiler, du coup, je reste en pantalon … C’est triste mais je n’arrive pas à dépasser le regard des autres :/ Bravo à toi 😀

    J'aime

    1. Merci 😁
      Ce n’est pas triste du tout je te comprends. Le regard des autres est vraiment difficile à affronter, parfois plus blessant que des mots. Je ne sais pas combien de temps je vais encore les garder mais avec les saisons qui s’annoncent peut être que les tresses seront vraiment possibles un jour qui sait ?

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s